Aux Vertus des Plantes
Categories

Phytothérapie

1 2 3 20

Régime hypotoxique du Dr Jean Seignalet

Les principaux fondements sont les suivants :

  • Exclusions des céréales, à l’exception du riz ;
  • Exclusion des laits animaux et de leurs dérivés ;
  • Consommation de beaucoup de produits crus;
  • Utilisation d’huiles vierges, obtenues pour les produits biologiques.

ALIMENTS INTERDITS

  • Blé dur et blé tendre (froment) : pâtes, semoule, pain, farine, pizzas, croissants, brioches, gâteaux, galettes, biscuits, biscottes, son ;
  • La plupart des céréales : seigle, orge, maïs, avoine ;
  • Laits animaux et leurs dérivés : beurre, fromages, crème, yaourts, glaces ;
  • Sel blanc raffiné ;
  • Chocolat non biologique ;
  • Confitures ;
  • Huiles raffinées ;
  • Margarines ;
  • Bières…

ALIMENTS DECONSEILLES

Tous les aliments cuits, et en particulier :

  • Charcuteries cuites ;
  • Viandes cuites ;
  • Foie ;
  • Rognons ;
  • Œufs cuits ;
  • Poisson cuits ;
  • Huîtres cuites ;
  • Oléagineux cuits.

Si l’on souhaite cuire certains produits, le faire soit brièvement, soit à l’étouffée, soit à la vapeur douce.

ALIMENTS AUTORISES

  • Oméga 3 EPA DHA (huiles de poisson), 2 grammes par jour ;
  • Viandes crues ;
  • Charcuteries crues ;
  • Œufs crus ;
  • Crustacés ;
  • Fruits de mer ;
  • Légumes verts (cuits à l’étouffée ou à la vapeur douce) ;
  • Légumes secs (cuits à l’étouffée ou à la vapeur douce) ;
  • Crudités ;
  • Fruits frais ;
  • Fruits secs ;
  • Oléagineux crus ;
  • Miel ;
  • Pollens ;
  • Riz, sarrasin et sésame ;
  • Graines germées de céréales ancestrales et de légumineuses ;
  • Huiles obtenues par première pression à froid ;
  • Sel complet Symbiosal ;
  • Sucre complet ;
  • Eau de Mont Roucous ou Volvic ;
  • Chicorée, infusions, café (modérément), thé (modérément) ;
  • Toutes les boissons alcoolisées (modérément) sauf la bière ;
  • Prébiothiques : Orthoflore

Les polluants environnementaux et les métaux

Les six principaux métaux lourds sont :

  • l’aluminium,
  • le baryum,
  • le plomb,
  • le mercure,  le phosphore  et le manganèse, les trois derniers cités étant les plus dangereux.

Avec l’émergence de nouveaux produits de synthèse, la liste des polluants environnementaux neurotoxiques ne cesse de s’allonger.

L’intoxication lente aux métaux lourds est due principalement :

  • aux rejets industriels de mercure et de plomb dans l’atmosphère,
  • à la présence de divers métaux dans les amalgames dentaires (mercure, étain, cuivre, béryllium, argent…),
  • aux cigarettes (cadmium),
  • aux vaccins en général (aluminium), dont le plus dangereux est le ROR (rougeole-oreillon-rubéole) à cause de sa teneur en mercure.

Les métaux lourds, en s’accumulant dans l’organisme, neutraliseraient une classe d’enzymes (les peptidases) dont le rôle est de détruire un ensemble de protéines alimentaires provenant du gluten et des caséines du lait.

Ils ont la capacité d’induire un phénomène d’auto-immunité en plus des dépôts silencieux qui se figent dans les organismes.

Les pays industrialisés sont particulièrement concernés par une hausse des troubles du comportement et de la personnalité liés au mercure : hyperactivité, autisme, schizophrénie, épilepsie, repli sur soi…

Dès lors que ces systèmes enzymatiques sont inhibés, les aliments ne sont plus assimilés et les nutriments deviennent toxiques.

De ce fait, lorsque les protéines des céréales contenant du gluten et celles du lait de vache ne sont pas complètement dégradées, elles franchissent la paroi intestinale et passent dans le flux sanguin, du fait de la perméabilité exagérée de l’intestin. Ces peptides atteignent les récepteurs du cerveau spécifiques à ces substances, sous forme d’opioïdes, et vont se comporter dans l’organisme comme certains morphiniques. En occupant et en saturant les récepteurs opiacés, les peptides provenant du gluten et de la caséine vont provoquer un ensemble de troubles comportementaux et dérégler la gestion des neurotransmetteurs (la sérotonine et la dopamine).

Pathologies induites par les intolérances alimentaires
L’atteinte intestinale
  1. Les agents pathogènes, à force d’occupation du milieu intestinal, vont induire l’inflammation de la muqueuse et sa déformation. La muqueuse présente normalement des petits orifices ou jonctions qui permettent le passage des éléments nutritifs dans le sang et la lymphe lorsque l’inflammation perdure, les jonctions deviennent béantes.
  2. Cet état de porosité intestinale ouvre les portes aux pollutions et infections multiples et aux maladies plus graves de type auto-immun.
    • Lorsque la muqueuse est atteinte par l’inflammation et la porosité, les jonctions deviennent béantes.
    • La muqueuse ne parvenant plus à jouer son rôle de filtre des bactéries, virus, toxines, macro-molécules alimentaires s’engouffrent dans les jonctions et parfois les obstruent, puis passent dans le sang et déclenchent un chapelet de maladies secondaires…

Dans ce cas de figure, on retrouve plus de 80 % de nos maladies :

  • un bon nombre de maladies infectieuses (appareil urinaire, génital, pulmonaire, sphère ORL, cardiaque),
  • dermatoses : acné, eczéma, psoriasis, teint terne, vieillissement prématuré, arthrose toxinique, ostéoporose
  • états de fatigue, de surcharge hépatique où l’origine intestinale doit être considérée.
L’atteinte hépatique

Du fait de la porosité intestinale, des éléments indésirables vont passer en masse dans le sang.

C’est au foie que revient la tâche d’en faire le tri, afin de répartir dans l’organisme un sang épuré. Si les éléments toxiniques sont en nombre raisonnable, le foie accomplit cette mission et ainsi garantit la santé.

Tout se complique lorsque les toxines et les agents agresseurs sont en surnombre :

  • les hépatocytes (cellules hépatiques) ne sont plus capables d’assumer leur rôle, elles s’épuisent et laissent passer dans le sang :
    • agents infectieux,
    • débris alimentaires
    • polluants qui iront porter sur d’autres organes leurs méfaits
    • bactéries pathogènes, virus, parasites, candida albicans ou autres polluants vont envahir l’organisme, n’étant plus arrêtés ni par la barrière intestinale, ni par le filtre hépatique.

 

Les perturbations à distance

Les perturbations à distance s’expliquent par le fait que l’écosystème intestinal entretient des relations privilégiées, voire symboliques, avec certains organes tels le cerveau et le foie, C’est ainsi que toute perturbation fonctionnelle de la flore intestinale peut avoir des conséquences sur les rapports avec ces deux organes et réciproquement.

Sur le plan structurel et fonctionnel, le système nerveux intestinal et le cerveau présentent des analogies. Ils ont en commun les mêmes neurones sensoriels et moteurs, les mêmes circuits informationnels, les mêmes astrocytes et cellules gliales ainsi que les mêmes neurotransmetteurs (acétylcholine, noradrénaline, dopamine et sérotonine).

En effet, l’intestin contient plus de 100 millions de neurones, sécrète au moins 20 neurotransmetteurs identiques à ceux que l’on trouve dans le cerveau, produit 70 % des cellules immunitaires de l’organisme et héberge 100 000 milliards de bactéries.

L’assimilation des aliments et la digestion ne sont donc pas les seules fonctions du tube digestif, d’où le fait que l’on considère l’intestin comme un deuxième cerveau. D’ailleurs, le tube digestif peut communiquer avec notre cerveau au travers du système nerveux autonome (SNA).

La communication entre l’intestin et le cerveau peut s’interrompre, lorsqu’il y a inflammation intestinale :

  • la flore est perturbée,
  • la muqueuse intestinale devient hyperperméable
  • le système immunitaire intestinal se met en marche
  • toutes ces perturbations sont transmises au cerveau, et agressent la barrière hémato-encéphalique (le dernier filtre qui, lorsqu’il est débordé, provoque une altération neuronale à l’origine de la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaques).

Dès lors que l’intestin est enflammé et poreux, son système nerveux local est activé ainsi que les cellules nerveuses dans différentes régions du cerveau, ce qui donne lieu à des dérégulations métaboliques multiples et insoupçonnées. Les conséquences de la perturbation de la communication intestin-cerveau peuvent se manifester par :

  • une prise de poids,
  • une insulino-résistance
  • une hyperglycémie, c’est-à-dire l’ensemble des principales caractéristiques du syndrome métabolique.
  • la dépression peut aussi avoir pour origine et comme facteur d’entretien une inflammation d’origine digestive
  • toutes les maladies inflammatoires et auto-immunes, peuvant avoir pour origine une dysbiose :
    • polyarthrite rhumatoïde,
    • spondylarthrite ankylosante,
    • lupus,
    • diabète,
    • thyroïdite d’Hashimoto,
    • migraine,
    • fibromyalgie
    • syndrome métabolique,
    • obésité,
    • maladies cardio-vasculaires,
    • maladies neurodégénératives

Au-delà du tube digestif, les altérations peuvent contaminer :

  • d’autres muqueuses (vaginales, urinaires, respiratoires),
  • des tissus cutanés, articulaires et péri-articulaires..,
  • des pathologies neurologiques,
  • des infections ORL, broncho-pulmonaires, urinaires ou gynécologiques
  • des pathologies cutanées (urticaire, eczéma)

La plupart de ces pathologies résultent d’un encrassage de la plupart des organes provoquant alors une atteinte des systèmes cutané, rhumatologique ou neuropsychique.

Gotu Kola

La centella asiatica, aussi connue comme l’hydrocotyle asiatica ou gotu kola, est une plante herbacée vivace en forme d’éventail originaire de Chine, du Japon, de l’Inde et de l’Indonésie, les feuilles vertes sont récoltées et utilisées à des fins médicinales, la plante a une longue histoire d’utilisation dans la médecine traditionnelle, les chercheurs ont récemment pris une participation dans la plante pour ses bienfaits pour la santé, la centella asiatica a des propriétés antivirales, antibactériennes et anti-inflammatoires, elle est traditionnellement utilisée comme un traitement pour les troubles cutanés tels que le psoriasis, la dermatite, et les brûlures légères.



Aunée

L’herbe est de l’ ancienne réputation médicinale, ayant été décrit par Dioscoride et Pline. Un vieux distique latin célèbre ses vertus: Enula campana reddit précordiale sana (Elecampane sera les esprits sustain). Julia Auguste, dit Pline, «laissez pas passer un jour sans manger quelques – unes des racines de Enula, considérés pour aider la digestion et provoquer la joie.» Les moines aussi estimés comme un cordial. Pline a affirmé que la racine ‘étant mâchée le jeûne, doth serrez les dents » , et Galen que« Il est bon pour les passions de l’hucklebone appelé sciatiques.

Dioscoride, en parlant de Castus racine, lié qu’il est souvent mélangé avec celui de Elecampane, de Kommagene (NW Syrie) (Castus, dérivée de Aplotaxis auriculata (DC), est remarquablement similaire à Elecampane, tant dans l’ aspect extérieur et de la structure. Il est une épice importante, de l’ encens et de la médecine dans l’est.)



 

[:fr]Noyer (bourgeons)[:]

[:fr]Pour protéger la flore intestinale

Le Noyer permet une régulation de la flore intestinale. Son action va permettre une restauration de la muqueuse intestinale après des traitements antibiotiques ou de diarrhées. Il régule également le fonctionnement foie / pancréas et est conseillé los d’intolérances alimentaires. Il constitue également un complément lors de la prise de probiotiques.

  • Il est conseillé de pendre, par cures de 20 jours par mois, 15 gouttes midi et soir chez l’adulte, 1 goutte par 10 kilos de poids corporel chez l’enfant et 5 gouttes chez la femme enceinte.

Disponible en pharmacies et parapharmacies.
Demander conseil à votre pharmacien ou médecin.
Si les symptômes persistent consulter votre médecin.[:]

[:fr]Pin sylvestre (bourgeons)[:]

[:fr]Comme antiseptique

Le Pin Sylvestre est un arbre connu pour sa grande résistance au froid. Afin d’aider l’organisme à lutter contre les maux de l’hiver, le bourgeon de Pin possède une action antiseptique des voies respiratoires permettant l’expectoration des sécrétions muqueuses des bronches. Il est également préconisé pour reminéraliser et régénérer les os et cartilages, luttant ainsi contre l’arthrose et l’ostéoporose.

A utiliser en cure préventive et de manière renforcée en période d’affection aigüe.

  • Il est conseillé de pendre 15 gouttes le matin chez l’adulte,
  • 1 goutte par 10 kilos de poids corporel chez l’enfant
  • 5 gouttes chez la femme enceinte.
  • En cas d’affections aiguës: 15 gouttes plusieurs fois par jour.

Disponible en pharmacies et parapharmacies.
Demander conseil à votre pharmacien ou médecin.
Si les symptômes persistent consulter votre médecin.[:]

[:fr]Eglantier (bourgeons)[:]

[:fr]Contre les inflammations

Face aux frimas hivernaux, il est important de renforcer ces défenses immunitaires pour se redonner de l’énergie! Le bourgeon d’Eglantier, reconnu pour être un stimulant général aide à fortifier les défenses naturelles. De plus, de part son activité anti-inflammatoire, il possède une action préventive dans les congestions localisées et les affections ORL et broncho pulmonaires à répétition (otites séreuses, pharyngites, sinusites, bronchites…), notamment chez l’enfant.

A utiliser en cure préventive et de manière renforcée en période d’affection aigüe.

  • Il est conseillé de pendre 15 gouttes le matin chez l’adulte,
  • 1 goutte par 10 kilos de poids corporel chez l’enfant
  • 5 gouttes chez la femme enceinte.
  • En cas d’affections aiguës: 15 gouttes toutes les deux heures.

Pour une action renforcée il peut être associé aux bourgeons de cassis, d’argousier, de pin et d’aulne.
Disponible en pharmacies et parapharmacies. Demander conseil à votre pharmacien ou médecin. Si les symptômes persistent consulter votre médecin.[:]

[:fr]Gingko biloba (bourgeons)[:]

[:fr]Pour estomper les effets de la fatigue

Afin d’aider l’organisme à lutter contre les maux de l’hiver et la baisse de tonus qui se fait sentir, le bourgeon de Gingko améliore l’apport de sang au cerveau, ce qui contribue à soulager la fatigue et à améliorer la vigilance. Puissant antioxydant, il piège les radicaux libres, empêche l’accumulation de toxines, protège les neurones des lésions cérébrales, protège les vaisseaux des capillaires des cellules nerveuses et des organes des sens et est un tonique veineux.

A utiliser en cure préventive et de manière renforcée en période d’affection aigüe.

  • Il est conseillé de pendre avant les 3 repas, prende15 gouttes chez l’adulte,
  • 1 goutte par 10 kilos de poids chez l’enfant
  • 5 gouttes chez la femme enceinte.
  • En cas d’affections aiguës: 15 gouttes plusieurs fois par jour.
  • Pour une action renforcée il peut être associé aux bourgeons de marronnier, aubépine, chêne, cassis et airelle.

Disponible en pharmacies et parapharmacies.
Demander conseil à votre pharmacien ou médecin. Si les symptômes persistent consulter votre médecin.[:]

[:fr]Vigne rouge (bourgeons)[:]

[:fr]Pour améliorer la tonicité veineuse

La vigne rouge, riche en vitamine P, renforce la protection vasculaire et améliore la tonicité veineuse. Il favorise le bien-être circulatoire pour retrouver des jambes légères et un meilleur confort notamment à l’approche de la saison estivale. Egalement, il agit sur l’arthrose, les rhumatismes inflammatoires et les fibromes utérins.

  • Sous forme de gouttes buvables, il est conseillé de pendre 15 gouttes matin et soir chez l’adulte,
  • 1 goutte par 10 kilos de poids chez l’enfant
  • 5 gouttes chez la femme enceinte.

Disponible en pharmacies et parapharmacies.
Demander conseil à votre pharmacien ou médecin. Si les symptômes persistent consulter votre médecin.[:]

[:fr]Marronnier (bourgeons)[:]

[:fr]Pour une bonne circulation du sang

Composé de nombreux flavonoïdes, lui conférant un effet tonique et protecteur veineux, le Marronnier d’Inde sera une véritable solution naturelle contre les maux dus à des troubles circulatoires veineux: varices, hémorroïdes, ulcères variqueux, jambes lourdes…Antioxydant, il est conseillé en prévention des troubles prostatiques.

  • Il est conseillé de prendre 15 gouttes matin et soir chez l’adulte,
  • 1 goutte par 10 kilos de poids corporel chez l’enfant
  • 5 gouttes chez la femme enceinte.

Disponible en pharmacies et parapharmacies.
Demander conseil à votre pharmacien ou médecin.
Si les symptômes persistent consulter votre médecin.[:]

1 2 3 20
CONTACT
Nom - Prénom*
Email*
Consultation ? Question ?*
Vérification: