Aux Vertus des Plantes
Categories

B

[:fr]Bactéries & Virus par maladie[:]

[:fr]ANGINEBactéries : streptocoque bêta-hémolytique du groupe A (SGA), streptococcus pyogenes, streptocoques bêta-hémolytiques (des groupes C, G, E, F), gonocoque, arcanobacterium Hæmolyticum, corynebacterium diphtheriae, fusobacterium nucleatum, borrelia vicentii, treponema pallidum, hæmophilus influenzae, hæmophilus parainfluenzae, branhamella catarrhalis, moraxella catarrhalis, pneumocoque, staphylocoque, bactéries anaérobies – Virus : adénovirus, virus influenzae, virus respiratoire syncytial, virus parainfluenzae, coxsackie, herpes simplex virus, echovirus coxsackie, rhinovirus, coronavirus, myxovirus influenzae, myxovirus parainfluenzae[:]

[:fr]Liste des Bactéries pathogènes[:]

[:fr]A
Aeromonas hydrophila – Afipia felis – Actinomyces israelii – Actinobacillus actinomycetemcomitans
B
Bacillus anthracis – Bacillus cereus – Bartonella henselae – Bartonella clarridgeiae – Bordetella pertussis (bacille de Bordet et Gengou) – Bordetella parapertussis – Bordetella bronchiseptica – Borrelia burgdorferi – Borrelia recurrentis – Brucella – Burkholderia mallei – Burkholderia pseudomallei (bacille de Whitmore)
C
Campylobacter coli – Campylobacter fetus – Campylobacter jejuni – Cardiobacterium hominis – Chlamydia trachomatis – Chlamydophila pneumoniae – Chlamydophila psittaci – Clostridium botulinum – Clostridium difficile – Clostridium perfringens – Clostridium tetani – Corynebacterium diphtheriae – Coxiella burnetii
E
Ehrlichia chaffeensis – Ehrlichia equi – Eikenella corrodens – Entérocoques : Enterococcus faecalis, Enterococcus faecium, Enterococcus gallinarum, Enterococcus flavescens, Enterococcus casseliflavus – Erysipelothrix rhusiopathiae – Escherichia coli – Entérobactéries
F
Francisella tularensis
H
Haemophilus ducreyi – Haemophilus influenzae – Helicobacter pylori
K
Kingella kingae – Klebsiella granulomatis – Klebsiella oxytoca – Klebsiella ozenae – Klebsiella planticola – Klebsiella pneumoniae – Klebsiella rhinoscleromatis
L
Legionella pneumophila – Legionella longbeachae – Legionella micdadei – Leptospira interrogans – Listeria monocytogenes
M
Mycobacterium leprae (bacille de Hansen) – Mycobacterium tuberculosis (bacille de Koch) – Mycobactéries atypiques (M. avium, M. bovis, M. intracellulare…) – Mycoplasma pneumoniae – Mycoplasma hominis
N
Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) – Neisseria meningitidis (méningocoque) – Nocardia
P
Pantoea agglomerans – Pasteurella multocida – Plesiomonas shigelloides – Pneumocoque (nom habituel de Streptococcus pneumoniae) – Proteus mirabilis – Proteus vulgaris – Providencia stuartii – Pseudomonas aeruginosa, bacille pyocyanique, voir Pseudomonades – Porphyromonas gingivalis (en)
R
Rickettsia
S
Salmonella enterica (ou salmonelle) – Serratia marcescens – Serratia proteamaculans – Shigella dysenteriae (ou shigelle) – Shigella boydii – Shigella dysenteriae – Shigella flexneri – Shigella sonei – Spirillum minus – Staphylocoques (Staphylococcus aureus, Staphylococcus epidermidis, Staphylococcus saprophyticus)
Streptococcus pyogenes ou Streptocoques du groupe A – Streptococcus pneumoniae (ou pneumocoque)
T
Treponema pallidum
U
Ureaplasma urealyticum
V
Vibrio cholerae (variétés cholerae et el tor)
Y
Yersinia pestis – Yersinia enterocolitica – Yersinia pseudotuberculosis[:]

[:fr]Liste des Bactéries[:]

[:fr]Liste des bactéries ayant une importance médical

A
Acetobacter aurantius – Actinobacillus –
actinomycetemcomitans – Aggregatibacter – actinomycetemcomitans – Agrobacterium tumefaciens (atteinte humaine?? végétale) – Azorhizobium caulinodans – Azotobacter vinelandii
B
Bacillus anthracis – Bacillus brevis – Bacillus cereus – Bacillus fusiformis – Bacillus licheniformis – Bacillus megaterium – Bacillus stearothermophilus – Bacillus subtilis – Bacteroides gingivalis –
Bacteroides melaninogenicus – Bartonella henselae – Bartonella quintana – Bordetella bronchiseptica – Bordetella pertussis – Borrelia burgdorferi – Branhamella catarrhalis – Brucella abortus – Brucella melitensis – Brucella suis – Burkholderia mallei – Burkholderia pseudomallei
C
Calymmatobacterium granulomatis – Campylobacter coli – Campylobacter jejuni – Campylobacter pylori – Chlamydia pneumoniae – Chlamydia psittaci – Chlamydia trachomatis – Chlamydophila pneumoniae – Chlamydophila psittaci – Clostridium botulinum – Clostridium difficile – Clostridium perfringens – Clostridium tetani – Clostridium welchii – Corynebacterium diphtheriae – Corynebacterium fusiforme – Coxiella burnetii
E
Ehrlichia chaffeensis – Enterococcus avium – Enterococcus durans – Enterococcus faecalis – Enterococcus faecium – Enterococcus galllinarum – Enterococcus maloratus – Escherichia coli
F
Francisella tularensis – Fusobacterium nucleatum
G
Gardnerella vaginalis
H
Haemophilus ducreyi – Haemophilus influenzae – Haemophilus parainfluenzae – Haemophilus pertussis – Helicobacter pylori
K
Klebsiella pneumoniae – Klebseilla rhinoscleromatis – Klebsiella oxytoca
L
Lactobacillus acidophilus – Lactobacillus casei – Lactococcus lactis – Lactobacillus delbrueckii – Legionella pneumophila
M
Methanobacterium extroquens – Microbacterium multiforme – Micrococcus luteus – Mycobacterium avium – Mycobacterium bovis – Mycobacterium diphtheriae – Mycobacterium intracellulare – Mycobacterium leprae – Mycobacterium lepraemurium – Mycobacterium phlei – Mycobacterium smegmatis – Mycobacterium tuberculosis –
Mycoplasma fermentans – Mycoplasma genitalium – Mycoplasma hominis – Mycoplasma pneumoniae – Mycobacterium ulcerans
N
Neisseria gonorrhoeae – Neisseria meningitidis – Nocardia asteroides
P
Pasteurella multocida – Pasteurella tularensis – Porphyromonas gingivalis – Prevotella intermedia – Pseudomonas aeruginosa – Pseudomonas maltophilia
R
Rhizobium radiobacter – Rickettsia prowazekii – Rickettsia mooseri – Rickettsia psittaci – Rickettsia quintana – Rickettsia rickettsii – Rickettsia trachomae – Rochalimaea henselae – Rochalimaea quintana –
Rothia dentocariosa
S
Salmonella enteritidis – Salmonella typhi – Salmonella typhimurium – Serratia marcescens – Shigella dysenteriae – Staphylococcus aureus – Staphylococcus epidermidis – Stenotrophomonas maltophilia – Streptococcus agalactiae – Streptococcus avium – Streptococcus bovis – Streptococcus cricetus – Streptococcus faecium – Streptococcus faecalis – Streptococcus ferus – Streptococcus gallinarum –
Streptococcus lactis – Streptococcus mitior – Streptococcus mitis – Streptococcus mutans – Streptococcus oralis – Streptococcus pneumoniae – Streptococcus pyogenes – Streptococcus rattus – Streptococcus salivarius – Streptococcus sanguis – Streptococcus sobrinus
T
Treponema pallidum
V
Vibrio cholerae – Vibrio comma – Vibrio parahaemolyticus – Vibrio vulnificus
X
Xanthomonas maltophilia
Y
Yersinia enterocolitica – Yersinia pestis – Yersinia pseudotuberculosis[:]

[:fr]Bronchiolite du nourrisson[:]

[:fr]La bronchiolite aiguë est une infection virale respiratoire, épidémique et saisonnière.

Le virus respiratoire syncytial (VRS) en est le principal agent causal. Ce virus, très contagieux, ne donnera qu’un banal rhume aux parents, mais peut vite dégénérer en bronchiolite chez les très jeunes enfants.

Cette pathologie, à la fréquence croissante, concerne environ 30% des nourrissons de moins de 24 mois, 500 000 bébés chaque hiver. Elle représente une affection nécessitant une prise en charge urgente.

SIGNES ET SYMPTÔMES

Elle débute par une rhinopharyngite.
Deux ou trois jours plus tard, apparaissent des signes respiratoires qui s’aggravent progressivement avec une toux sèche, évoluant par quintes, accompagnées d’une respiration accélérée et difficile : le thorax se soulève mal et les côtes deviennent visibles à l’inspiration Le nez se pince ; le bébé geint. Il existe également un sifflement à l’expiration (wheezing) que l’on entend distinctement.

CONSEILS

La bronchiolite est très impressionnante, mais dans la grande majorité des cas, elle ne nécessite pas d’hospitalisa- tion et guérit en quelques jours.
Indissociable de la bronchiolite, la kinésithérapie respiratoire apporte un grand soulagement en aidant l’enfant à respirer.

Quelques mesures de prévention simples peuvent éviter au virus d’arriver jusqu’aux bronches de bébé :

  • Se laver les mains systématiquement avec du savon avant de vous occuper de votre enfant.
  • Éviter d’embrasser votre enfant sur le visage si vous avez un petit rhume et exigez la même mesure de prudence de tous vos proches, amis, visiteurs ?
  • Éviter de fumer près de votre bébé.
  • Ne pas passer les tétines d’un enfant à l’autre sans les avoir très soigneusement nettoyées.
  • Traiter très rapidement tout rhume qui commence chez un nourrisson et veiller à ce que son nez ne reste pas bouché (le meilleur moyen pour que le virus gagne les bronches).

HOMEOPATHIE

En homéopathie, on dispose de remèdes contre les spasmes et l’hypersecrétion.

1/ Les médicaments du spasme
  • Arsenicum album 9 CH ; 5 granules, 3 fois par jour jusqu’à amélioration. Atteinte de l’état général. Aggravation entre 1 h et 3 h du matin. Sibilances.
  • Cuprum metallicum 5 CH : 5 granules, 3 à 6 fois par jour jusqu’à amélioration. Spasme et dypsnée. Le nourrisson garde les poings serrés.
  • Ethyl sulfur dichloratum (ypérite) 5 CH : 5 granules, 3 à 6 fois par jour jusqu’à amélioration. Toux suffocante.
  • Sambucus 5 CH : 5 granules, 3 à 6 fois par jour jusqu’à amélioration. Quintes asphyxiantes aggravées vers minuit. Obstruction nasale.
  • Spongia 5 CH : 5 granules, 3 à 6 fois par jour jusqu’à amélioration. Toux rauque et sifflante, aggravée couché.
2/ Les médicaments de la sécrétion
  • Antimonium tartaricum 5 CH : 5 granules, 3 à 4 fois par jour jusqu’à amélioration. Toux épuisante. Encombrement bronchique.
  • Blatta orientalis 5 CH : 5 granules, 3 à 4 fois par jour jusqu’à amélioration. Dypsnée.
Encombrement bronchique
  • lpeca 5 CH : 5 granules, 3 à 4 fois par jour jusqu’à amélioration. Toux sifflante. Face pâle.
Vomissements glaireux ou alimentaires
  • Kalium carbonicum 5 CH : 5 granules, 3 à 4 fois par jour jusqu’à amélioration. Expectoration de petits crachats difficiles à expul­ser. Amélioration assis. Aggravation vers 3 h du matin.
3/ Prescription type
  • Antimonium tartaricum 5 CH : 10 granules à faire fondre dans un petit biberon d’eau et à lui donner en 4 fois par jour, en cas d’aggravation de l’encombrement.
  • Aviaire 9 CH : une dose unique dans un peu d’eau. Sur les antécédents infectieux ORL.
  • Ethyl sulfur dichloratum (ypérite) 9 CH : 5 granules, 2 fois par jour pour la suffocation intense et l’encombrement.
  • Ipeca 5 CH : 10 granules à faire fondre dans un petit biberon d’eau et à lui donner en 4 fois par jour (sur les symptômes de spasmes, dyspnée, sibilances, langue propre).
  • Phosphorus 9 CH : 5 granules, 2 fois par jour, sur l’hypersécrétion bronchique et l’apparition d’une fièvre, soif, rougeur du visage et appétit conservé + 5 séances de kinésithérapie respiratoires pour évacuer les sécrétions. Elles peuvent être responsables, après la phase aiguë, de réactivité bronchique exacerbée, se traduisant par une persistance des symptômes respiratoires, voire de complications plus importantes (asthme ou lésions bronchiques)
4/ Pour éviter les récidives
  • Aviaire 15 CH : 1 dose, 1 à 2 fois par mois. Affections ORL à répétition ; avec tendance aux bronchites et otites.
  • Arsenicum album 15 CH: 1 dose, 1 à 2 fois par mois. Alternance de bronchites asthmatiformes, otites, gastro-entérites et eczéma.
  • Natrum muriaticum 15 CH : 1 dose, 1 à 2 fois par mois. Rhinopharyngite à répétition ; peau sèche. Enfant de faible poids.
  • Phosphorus 15 CH : 1 dose, 1 à 2 fois par mois. Bronchiolites d’emblée graves, évoluant vers un foyer pulmonaire inflammatoire et/ou infectieux. Toux persistante.
  • Pulsatilla 15 CH + Phosphorus 15 CH + Aviaire 15 CH: 1 dose, 1 à
    2 fois par mois. Toux nocturne persistante. Expectoration traînante.
  • Silicea 15 CH : 1 dose, 1 à 2 fois par mois. Infection à répétition. Transpiration de la tête et des pieds. Amaigrissement. Adénopathies cervicales.
  • Sulfur iodatum 15 CH: 1 dose, 1 à 2 fois par mois. Infections virales à répétition. Adénopathie.
En intervenant lors des phases aiguës, mais également en limitant les risques de récidive, l’homéopathie représente la possibilité de répondre autrement et efficacement.

AROMATHERAPIE

Lotion cutanée (flacon de 30 ml) :

  • HE Hysope rameaux couchées (surtout pas HE Hysope officinale!) 6 ml
  • HE Bois de rose 3 ml
  • HE Matricaire 3 ml
  • HE Ravintsara 3 ml
  • HV Noisette 12 ml
    Appliquer : 8 gouttes du mélange sur le thorax et 8 gouttes sur le haut du dos 4 fois par jour pendant une semaine.

Autre voie cutanée :

  • H.E. Ammi visnaga 0,5 ml
  • H.E. Hyssopus off ssp decumbens 4 ml
  • H.E. Inula graveolens 0,5 ml
  • H.E. Tanacetum annuum 1 ml
  • H.E. Aniba rosaeodora 2 ml
  • Transcutol qsp 30 ml

Posologie bébé :
Appliquez 8 gouttes 6 fois par jour sur le thorax pendant 5 jours puis, 30 minutes après l’application, faire de la kiné respiratoire

Voie rectale

  • HE Inula graveolens 5 mg
  • HE Tanacetum annuum 5 mg
  • HE Ammi visnaga 5 mg
  • HE Ravensara aromatica 20 mg
  • HE Hyssopus off ssp decumbens 20 mg
  • Whitespsol ou ASB2X QS pour faire 1 suppo de 1 suppo dt 20

Posologie bébé :
1 suppo par jour pendant 7 jours[:]

bruxismBruxisme

Le bruxisme correspond à une contraction inconsciente et involontaire des muscles des mâchoires. Il se traduit soit par un serrement (statique), soit par un frottement ou grincement des dents (dynamique), la nuit ou le jour. Observé consciemment, il peut se contrôler par la volonté, ce qui en limite les conséquences.

Le grincement se produit plus fréquemment pendant la nuit, de façon incontrôlable et sans réveiller le bruxomane (= personne qui bruxe). Il génère des bruits particulièrement gênants pour le voisin de lit. Il s’accompagne parfois de raideur ou de douleur musculaire le matin au réveil, ainsi que par des craquements de l’articulation temporo-mandibulaire (située juste en avant de l’oreille, articulation entre les mâchoires supérieures et inférieures).

Causes

Selon les estimations, le bruxisme concerne 10 à 20% de la population. Il est responsable de traumatismes dentaires, d’un fonctionnement anormal (trop important) des muscles de la mâchoire, donc d’une surcharge de travail pour les articulations temporo-mandibulaires. En détails :
A court terme
– Au réveil, crispations et/ou douleurs des mâchoires, troubles articulaires à type de claquements brutaux ou de difficultés à ouvrir la bouche (crispation musculaire invicible).
– Tensions musculaires étendu aux autres muscles de la face, entraînant des maux de tête (céphalées) et des douleurs du cou (cervicales).
A NOTER : la qualité du sommeil du bruxomane n’est généralement pas altérée.
Les conséquences musculo-articulaires
– la contraction répétée des muscles masticateurs aboutit souvent à leur augmentation de volume et/ou dureté à la palpation (hypertrophie)
– la sollicitation excessive de l’articulation temporo-mandibulaire provoque des craquements, des ressauts ou une gêne à l’ouverture de la bouche.
Les conséquences bucco-dentaires à moyen et long terme
– Le grincement est responsable, en fonction de son intensité, d’usure progressive des dents, de fêlures ou de fractures dentaires. Ces dommages concernent également les prothèses dentaires fixes : couronnes en résine ou en céramique.
– Ajoutés à une mauvaise hygiène dentaire, les traumatismes dentaires peuvent conduire à une mobilité anormale des dents jusqu’au “déchaussement” par atteinte associée de la gencive

Bruxism is an unconscious and involuntary contraction of the jaw muscles. This results in either a tightness (static) or by friction or grinding teeth (dynamic), night or day. Consciously observed, it can be controlled by the will, which limits the consequences.

The grinding occurs more frequently during the night, uncontrollably and without waking bruxomane (= person Bruxe). It generates particularly annoying noises for bed neighbor It is sometimes accompanied by stiffness or muscle pain after waking up, and by cracking of the temporomandibular joint (located just in front of the ear, articulation between the upper and lower jaws).

Causes

According to estimates, bruxism concerns 10-20% of the population. He is responsible for dental trauma, abnormal functioning (excessive) of the jaw muscles, so a work overload for temporomandibular joints. In detail :
Short term
– Wake up tensions and / or jaw pain, joint disorder type brutal slamming or difficulty opening the mouth (muscle twitching invincible).
– Muscle tension extended to other muscles of the face, causing headache (headache) and neck pain (cervical).
NOTE: bruxomane the quality of sleep is usually not impaired.
Musculo-articular consequences
– The repeated contraction of masticatory muscles often leads to their increased volume and / or hardness on palpation (hypertrophy)
– Excessive stress on the TMJ causes crunches, projections or discomfort at the opening of the mouth.
Oral consequences in the medium and long term
– Grinding is responsible, depending on its intensity, progressive tooth wear, fractures or dental fractures. This damage also concern fixed dentures: Crowns resin or ceramic.
– Added to poor dental hygiene, dental trauma can lead to abnormal tooth mobility to the “loosening” of the gum associated reached.

Acute bronchitis WinterBronchite Hivernale Aigue

La bronchite hivernale aiguë est définie comme une inflammation transitoire des bronches. Les bronches sont les voies aériennes qui conduisent l’air de la trachée (gorge) jusqu’aux fonds des poumons (alvéoles pulmonaires), où s’effectue l’échange de gaz entre l’air et le sang : l’oxygène (O2) et le gaz carbonique (CO2), c’est à dire la respiration.

Risques / Causes

La bronchite hivernale aiguë « classique » est une infection virale bénigne. Elle régresse le plus souvent sans traitement en quelques jours chez une personne en bonne santé par ailleurs. Une bronchite hivernale aiguë rend néanmoins les bronches plus sensibles aux autres agressions extérieures, d’abord aux bactéries. Elle aggrave aussi les inflammations bronchiques préexistantes, comme l’asthme. Les asthmatiques bien éduqués prévoient cette aggravation et ajustent leur traitement anti-asthmatique en conséquence.
Le risque de surinfection bactérienne (à pneumocoques notamment) concerne surtout les patients vulnérables dont l’état peut évoluer vers une infection du poumon (pneumonie). Les personnes vulnérables sont celles de plus 65 ans, ou ayant une maladie chronique pulmonaire (broncho-pneumopathie obstructive, insuffisance respiratoire) ou cardiaque (infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque), mais aussi les diabétiques et les déficients immunitaires.
Toute aggravation d’une maladie bronchique peut induire une détresse respiratoire mortelle en l’absence d’intervention médicale rapide.

Les bronchites hivernales aiguës sont causées par un virus dans neuf cas sur dix, responsable d’épidémies saisonnières de rhinites (rhume), pharyngites, laryngites, ou de grippe : adénovirus, rhinovirus, virus respiratoire syncitial (VRS), virus influenzae (grippe). Ces virus s’accrochent aux parois des bronches et les infectent, provoquant une réaction de défense inflammatoire avec douleur (irritation qui fait tousser) et gonflement (œdème) qui gêne la respiration. Les cellules produisent plus de mucus pour évacuer les intrus viraux. Ce mucus supplémentaire encombre les bronches ; il faut tousser beaucoup plus pour l’évacuer.
La bronchiolite du nourrisson est une forme particulière de bronchite virale due au virus respiratoire syncitial (VRS).

Les bronchites sont plus rarement dues initialement à des infections bactériennes : mycoplasmes ou Chlamidiae, Haemophilus influenzae. Attention cependant, on voit revenir la Bordetella pertussis, l’agent de la coqueluche, particulièrement dangereux pour les nourrissons.

Acute winter bronchitis is defined as a transient inflammation of the bronchi. Bronchi are the airways that leads the air in the trachea (throat) to the bottoms of the lung (alveoli), where is effected the exchange of gases between air and blood oxygen (O2 ) and carbon dioxide (CO2), ie respiration.

Risks / Causes

Acute bronchitis winter “classic” is a benign viral infection. Usually regresses without treatment in a few days in a person in good health otherwise. Acute bronchitis winter still makes them more susceptible to other external attacks bronchi, first to the bacteria. It also aggravates the existing bronchial inflammations such as asthma. Well behaved this worsening asthma plan and adjust their anti-asthmatic treatment accordingly.
The risk of bacterial infection (including pneumonia), especially for vulnerable patients whose condition may progress to lung infection (pneumonia). Vulnerable people are those over 65 or with chronic lung disease (obstructive pulmonary disease, respiratory failure) or heart (myocardial infarction, heart failure), but also diabetes and immune deficient.
Any worsening of lung disease may induce fatal respiratory distress in the absence of prompt medical attention.

Acute bronchitis winter are caused by a virus in nine cases out of ten, responsible for epidemics of seasonal rhinitis (hay), pharyngitis, laryngitis, or flu: adenovirus, rhinovirus, respiratory syncytial virus (RSV), Influenzae virus (flu) . These viruses cling to the walls of the bronchi and infect, causing inflammatory defense reaction with pain (irritation which causes coughing) and swelling (edema) which interferes with breathing. The cells produce more mucus to drain viral intruders. This extra mucus hindrance bronchi; must cough to evacuate much.
Bronchiolitis in infants is a particular form of viral bronchitis due to respiratory syncytial virus (RSV).

Bronchitis are rarely originally due to bacterial infections: Chlamidiae or mycoplasma, Haemophilus influenzae. Beware though, we see the return Bordetella pertussis, the whooping cough agent, particularly dangerous for infants.

bronchiolitisBronchiolite

La bronchiolite tire son nom de l’atteinte des petites bronches par un virus courant (le VRS ou virus respiratoire syncytial) et très contagieux. La période de prédilection des bronchiolites est l’hiver avec un mode d’évolution épidémique. La bronchiolite touche essentiellement les nourrissons de 1 mois à 2 ans. Comme toutes les atteintes virales, la bronchiolite peut se transmettre très facilement entre nourrissons ou à partir d’un rhume d’enfant ou d’adulte.

Risques / Causes

La bronchiolite atteint chaque hiver près de 460 000 bébés de 1 mois à 2 ans soit 30 % des nourrissons, posant un problème de santé publique, notamment en cas de pics épidémiques avec la saturation des consultations de ville et des urgences hospitalières pédiatriques. La tendance est à l’augmentation des cas chaque année. Vie en collectivité et urbanisation favorisent la transmission interhumaine du virus.

Le VRS est le virus principalement impliqué dans la bronchiolite mais d’autres virus peuvent être retrouvés. Ces virus se transmettent directement par les sécrétions contaminées (salive, postillons…) ou indirectement par les mains ou des objets souillés. La durée d’incubation est de 2 à 8 jours et il faut 3 à 7 jours pour que le virus disparaisse totalement. Les symptômes sont liés à l’inflammation provoquée et à l’obstruction des voies aériennes (bronchioles). Le cas le plus fréquent est la guérison sans séquelle mais des lésions anatomiques peuvent survenir exceptionnellement.

Bronchiolitis is named after the achievement of small bronchi by a common virus (RSV or Respiratory Syncytial Virus) and very contagious. The preferred period is winter bronchiolitis with an epidemic evolution mode. Bronchiolitis affects mostly infants from 1 month to 2 years. Like all viral attacks, bronchiolitis can be spread very easily among infants or children from a cold or adult.

Risks / Causes

Bronchiolitis reaches every winter near 460,000 babies from 1 month to 2 years 30% of infants, posing a public health problem, especially in cases of epidemic peaks with the saturation of the city of consultations and pediatric hospital emergencies. The trend is the increase in cases each year. Community life and urbanization promote human transmission of the virus.

RSV is mainly involved in the virus bronchiolitis but other viruses can be found. These viruses are transmitted by contaminated secretions (saliva, postillions …) or indirectly by contaminated hands or objects. The incubation period is 2 to 8 days, and it takes 3 to 7 days for the virus disappears completely. Symptoms are related to inflammation caused and obstruction of the airways (bronchioles). The most common case is healing without sequelae but anatomical lesions may occur exceptionally.

burnsBrûlures

Les brûlures sont des blessures qui atteignent essentiellement la peau et les tissus. Les brûlures peuvent être mineures si les dommages cutanés engendrés sont limités, mais elles peuvent aussi être extrêmement graves et menacer le pronostic vital en cas de lésions majeures.
Les brûlures sont classées en fonction de leur profondeur (du 1er degré, le plus superficiel, au 3e degré, le plus profond) et de leur étendue.

Risques / Causes

Chaque année, les brûlures font 400 000 victimes et occasionnent 1 000 décès.Habituellement, les brûlures sont provoquées par des facteurs extérieurs dont le plus fréquent est le feu ; les médecins parlent de brûlures thermiques. Si la peau est détruite sur une grande surface, elle ne peut plus assurer ses fonctions principales de protection contre les infections, de régulation de la température du corps et de prévention de l’évaporation des liquides de l’organisme. Les risques d’infection, de déshydratation et d’hypothermie ou baisse de la température corporelle sont alors très importants et graves.

La peau est composée de 3 couches : de l’épiderme, couche la plus superficielle au derme et à l’hypoderme, couche la plus profonde. En fonction de leur gravité, les brûlures détruisent l’épiderme (on parle de brûlure du 1er degré), le derme (brûlure du 2e degré) ou l’hypoderme (brûlure du 3e degré).Les brûlures peuvent être dues à des flammes mais également au contact d’un liquide chaud (peau ébouillantée) ou d’un objet chaud (brûlures par contact), aux rayons ultraviolets du soleil et plus rarement à un courant électrique ou à un liquide chimique.

Burns are wounds that substantially reach the skin and tissues. Minor burns can be caused if the skin damage is limited, but they can also be extremely serious and life-threatening in case of major damage.
Burns are classified according to their depth (1st degree, the most superficial, 3rd degree, the deepest) and their extent.

Risks / Causes

Each year, 400,000 are burns victims and cause décès.Habituellement 1000, burns are caused by external factors, the most common is the fire; Doctors speak of thermal burns. If the skin is destroyed over a large area, it can no longer perform its main functions of protection against infections, regulating body temperature and preventing the evaporation of body fluids. The risk of infection, dehydration and hypothermia or decrease in body temperature is then very important and severe.

The skin consists of three layers: the epidermis, the outermost layer of the dermis and hypodermis, the deepest layer. Depending on their severity, burns destroy the epidermis (called 1st degree burns), dermis (second degree burn) or hypodermis (3rd degree burn) .The burns can be caused by fire but also in contact with a hot liquid (scalded skin) or a hot object (contact burns), ultraviolet sunlight and more rarely to an electric current or a chemical liquid.

bradycardiaBradycardie

La bradycardie fait partie des troubles du rythme cardiaque et correspond à un ralentissement de la fréquence cardiaque. Le rythme cardiaque normal au repos chez l’adulte est entre 60 et 75 battements par minute (bpm) et la bradycardie est définie par une fréquence inférieure à 60 bpm. Les bradycardies proviennent de plusieurs mécanismes : certaines bradycardies sont physiologiques (chez le sportif entraîné par exemple), d’autres révèlent une maladie cardiaque qu’il faut diagnostiquer et traiter.

Causes

Le cœur bat grâce à la transmission d’influx électriques qui commandent le rythme cardiaque. En cas de ralentissement voire d’interruption de cette transmission, on parle de bradycardie. La bradycardie peut être due à un ralentissement de la commande des influx (bradycardie sinusale du sportif par exemple), à une anomalie de la conduction entre la commande et le muscle cardiaque (bloc sinoauriculaire) ou encore à un défaut de conduction au sein du cœur (entre les oreillettes et ventricules) de l’influx (bloc auriculoventriculaire). Des maladies cardiaques (infarctus…) ou extracardiaques (hypothyroïdie) sont des causes possibles de bradycardies.

Bradycardia is part of the heart rhythm and corresponds to a slower heart rate. The normal resting heart rate in adults is between 60 and 75 beats per minute (bpm) and bradycardia is defined by a frequency lower than 60 bpm. Bradycardia come from several mechanisms: some are physiological bradycardia (eg resulted in the sport), others reveal a heart disease that must be diagnosed and treated.

Causes

The heart beats thanks to the electrical impulses that control the transmission of heart rate. In case of slowdown or interruption of the transmission, it is called bradycardia. Bradycardia may be due to a slowdown in control of impulses (sinus bradycardia sportsman for example) to an abnormality of the conduction between the control and the heart muscle (the sinus block) or to defective conduction in the heart (between the atria and ventricles) of the impulses (atrioventricular block). Heart disease (myocardial …) or extracardiac (hypothyroidism) are possible causes of bradycardia.

Chronic Obstructive Pulmonary DiseaseBronchopneumopathie Chronique Obstructive BPCO

La bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO se définit par une inflammation et une obstruction progressive des bronches, réversible en fonction du degré de la maladie. La BPCO est essentiellement liée au tabac et cause des lésions du poumon et des bronches. L’obstruction entraîne peu à peu la diminution du calibre des bronches, empêchant ainsi le passage de l’air (avec essoufflement à l’effort, puis pour des efforts minimes, et enfin au repos). Longtemps silencieuse, la BPCO se manifeste malheureusement à un stade déjà tardif de la maladie.

Causes

Entre 6 et 8 % de la population adulte sont atteints de BPCO, soit plus de 3,5 millions de personnes. La BPCO cause 16 000 décès chaque année et 100 000 malades nécessitent une oxygénothérapie ou un appareillage de respiration à domicile (1).
Dans plus de 80 % des cas, la BPCO est due au tabac. Insuffisamment diagnostiquée, la BPCO évolue à bas bruit, jusqu’aux premiers symptômes, à l’insuffisance respiratoire chronique et au décès prématuré. Les personnes atteintes sont des fumeurs ou ex-fumeurs, hommes pour la plupart, à partir de 45 ans.

 

Chronic obstructive pulmonary disease or COPD is defined by inflammation and progressive obstruction of bronchi, reversible depending on the degree of the disease. COPD is primarily related to tobacco and lung lesions due and bronchi. The obstruction results in gradually decreasing the bronchial tubes, thus preventing the passage of air (with breathlessness on exertion, and for minimal efforts, and finally at rest). Long silent, COPD is unfortunately evident to an already late stage of the disease.

Causes

Between 6 and 8% of the adult population suffer from COPD, over 3.5 million people. COPD causes 16,000 deaths each year and 100 000 patients require oxygen therapy or home breathing apparatus (1).
In over 80% of cases, COPD is caused by tobacco. Underdiagnosed, COPD develops low noise, until the first symptoms, chronic respiratory failure and premature death. The sufferers are smokers or ex-smokers, mostly men, from 45 years.

CONTACT
Question(s)
par Email
Nom*
Prénom*
Email (identique à paypal svp)*
Date de naissance
Document éventuel
Votre Question 1 (claire et précise svp)
Votre Question 2 (claire et précise svp)
Votre Question 3 (claire et précise svp)
Votre Question 4 (claire et précise svp)
Votre Question 5 (claire et précise svp)
Vérification
Votre règlement PAYPAL*