Aux Vertus des Plantes
Categories

accident

Cerebrovascular accident (CVA)Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Un accident vasculaire cérébral (AVC) ou « attaque cérébrale » est une perte soudaine de la fonction d’une partie du cerveau liée à l’arrêt brutal de la circulation sanguine dans le cerveau. L’interruption de la circulation sanguine peut-être liée à l’occlusion d’un vaisseau sanguin (AVC ischémique) dans 80% des cas ou à la rupture d’un vaisseau sanguin (AVC hémorragique) dans 20% des cas.

Risques

Les conséquences de l’AVC sont liées à la localisation des vaisseaux occlus et à la taille de la zone de cerveau touchée par la perte de circulation sanguine. Ainsi les AVC sont souvent responsables de handicaps durables qui altèrent la qualité de vie des patients avec de fréquentes atteintes motrices, sensorielles, cognitives ou provoquer une dépression.

A stroke (CVA), or “brain attack” is a sudden loss of function of a part of the brain linked to the sudden stop of blood flowing in the brain. The interruption of blood flow may be related to the occlusion of a blood vessel (ischemic stroke) in 80% of cases or ruptured blood vessel (haemorrhagic stroke) in 20% of cases.

Risks

The consequences of stroke are related to the location of the occluded vessel and the size of the brain area affected by loss of blood flow. Stroke are often responsible for long-term handicaps affecting the quality of life for patients with frequent decreases of motor, sensory, cognitive capacities or cause depression.

Pâquerette

La Pâquerette a été autrefois un vulnéraire très employé dans les campagnes. On l’utilisait pour remédier aux chutes et aux coups, aussi bien comme remontant interne, qui dissipait les maux de tête et les réactions émotives succédant à l’accident, que pour résorber à l’extérieur les contusions et œdèmes.

En dehors de cette utilisation principale de la modeste petite Pâquerette, on l’utilisait aussi comme diurétique, utile dans les affections rhumatismales, l’hydropisie, la gravelle, et comme sudorifique, précieux chaque fois qu’il fallait provoquer une salutaire réaction de l’organisme. C’est ainsi que les paysans ont longtemps employé la décoction chaude de Pâquerette pour faire avorter la pleurésie. Et, les jours de pénurie, ses jeunes feuilles fournissaient une agréable salade ou épaississaient un potage…

Il semble que, de nos jours, cette timide se soit laissé oublier. Seule l’homéopathie pense encore à elle en conseillant la « teinture de Bellis perennis » pour nettoyer et guérir les plaies.


CONTACT
Nom - Prénom*
Email*
Consultation ? Question ?*
Vérification: